• bibliophilesdepari

Interview: Adelino Di Marino (Expert en livres rares et anciens)

Adelino Di Marino, expert en livres rares et anciens. Responsable de la Bibliothèque du couvent des religieuses bénédictines de Montevergine en Italie près de Naples et directeur du Département scientifique des Bibliophiles de Paris.


Comment est née votre passion pour les livres anciens?


Ma passion pour les livres anciens est née au moment de mes études universitaires et s'est intensifiée au fil des années, travaillant dans diverses bibliothèques en Italie. J'ai vu des livres merveilleux et j'ai eu le plaisir d'avoir entre les mains la première édition du De revolutionibus orbium coelestium de Copernico de 1543 et le Discours des comètes de Galileo Galilei de 1619.

Après avoir eu ces deux ouvrages entre les mains, les livres anciens sont entrés dans mon sang sans le vouloir.


Vous traitez beaucoup de livres occultes et vous êtes spécialisé dans la sorcellerie et la démonologie, parlez-nous de ces livres


J'ai approché ces livres il y a plusieurs années, en plein Paris, grâce à un collectionneur français qui m'a montré une belle édition du Disquisitionum Magicarum du jésuite Martin Del Rio. Ce collectionneur était aussi un de mes clients et pour lui j'ai dû rechercher de nombreux textes consacrés à la magie, la sorcellerie et le diable. Le sujet n'était pas nouveau pour moi, étant donné que depuis que je suis enfant, j'ai grandi avec la légende des sorcières, en Italie je vis près de ce qui était considéré comme l'un des lieux les plus importants de l'histoire de la sorcellerie, c'est-à-dire la ville de Benvento avec la célèbre légende de l'arbre du mal.

Mes clients passionnés par ce sujet se sont multipliés et je me suis donc intéressé de plus en plus au monde occulte jusqu'à l'obtention d'un master en sorcellerie et démonologie.

Ces dernières années j'ai recherché et acheté pour mes clients des ouvrages tels que le Malleus Maleficarum de 1519, la Démonomanie des Sorciers de Jean Bodin de 1580, le Compendium Maleficarum de Francesco Maria Guaccio de 1608 et la rare édition de 1597 de Henning Grosse, Magica De Spectris et Apparitionibus spirituum.


Même si tu es très jeune tu as déjà plusieurs responsabilités, tu t'occupes d'une bibliothèque en Italie et à partir de cette année tu seras notre directeur du département scientifique, qu'est-ce que cela signifie pour toi?


J'ai l'habitude d'assumer des responsabilités, j'aurais pu faire de nombreux choix dans ma vie, notamment être l'un des nombreux dans une bibliothèque, mais je voulais m'installer à mon compte et avoir le courage d'affronter le monde. En Italie, je suis à la tête de la Bibliothèque des Sœurs Bénédictines de Montevergine, avec un patrimoine de livres de plus de 80.000 volumes, une jeune réalité soutenue par les solides religieuses dirigées par la Prieure Ildegarde, qui ont eu le courage de croire en moi et ensemble nous réaliser une petite réalité devenue internationale et surtout dotée d'une identité et de valeurs humaines fortes.

Cette année, j'ai été très honoré de recevoir un nouveau rôle au sein de cette merveilleuse et historique société parisienne. Une réalité qui essaie de se montrer au monde et je suis vraiment fier de diriger le groupe de recherche scientifique qui va rechercher, acheter et valoriser les livres rares et anciens des collectionneurs parisiens solidaires dans la société.


Vous êtes très actif sur les réseaux sociaux et avez des milliers de followers, comment pensez-vous que les jeunes peuvent aborder le livre ancien?


Les réseaux sociaux sont aujourd'hui un outil fondamental de diffusion de la culture et des livres anciens. Les jeunes regardent beaucoup les réseaux sociaux et veulent apprendre. Malheureusement, dans certains pays, il n'y a pas une grande tradition d'enseignement de l'histoire en faisant connaître les sources écrites et donc en remplissant le web et les réseaux sociaux de contenus culturels, comme la découverte d'éditions anciennes, de gravures, d'événements historiques, aide à remplir ses âmes de sagesse. et la curiosité constante d'apprendre.




89 vues0 commentaire